Ian William Craig – A Turn of Breath

cover

Entre musique chorale et ambient Ian William Craig sort un album d’une rare beauté chez Recital.
Chanteur d’opéra de formation, le canadien Ian WIlliam Craig avait déjà sorti de très bons EP et albums en digital. Le très bon label de Sean McCann nous permet aujourd’hui d’écouter sa musique en format vinyle, permettant ainsi de l’apprécier à sa juste valeur.
La musique de Craig largement centrée sur la manipulation de bandes magnétiques et sur sa voix, est pleine de contrastes et purement émotionnelle. Sur l’ensemble des 12 pièces que compte l’album, machines et voix se mêlent pour former un son à la fois brut, minimal et parfaitement maitrisé.
Le LP est édité à 500 exemplaires, dont une édition deluxe malheureusement épuisée.

Mike Weis – Don’t Know, Just Walk

Mike-Weis-Dont-Know,-Just-Walk
Mike Weis, membre de nombreuses formations, dont les excellents Zelienople, sort un deuxième LP solo sur Type, label de John Twells. Cet album a été conçu pendant une période très difficile de Mike Weis : il a été diagnostiqué d’un cancer de la prostate fin 2012. C’est durant l’année 2013 marquée par un traitement lourd et douloureux, que l’artiste a adopté une pratique bouddhiste zen, qui l’a aussi bien libéré personnellement qu’artistiquement.
Le titre du disque Don’t Know Just Walk, est justement emprunté d’une méthode de méditation bouddhiste coréenne, qui vise à se détacher de tout dogmes et préjugés personnels pour avancer le plus simplement possible. Et à l’écoute du disque, on trouve inévitablement une grande liberté et originalité dans les instrumentations et rythmiques employées par Mike Weis – dont les percussions traditionnelles coréennes. A la fois emprunt de sonorités occidentales, et orientales, l’album est un ovni dans la musique expérimentale contemporaine.
Loin des projets Zelienople, Kwaidan, ou Good Stuff House, Mike Weis trace une carrière solo exceptionnelle et produit un des meilleurs albums de l’année 2014.
Et cette sortie, marque pour moi un vrai renouveau dans la direction artistique de Type, dont je m’étais détaché ces derniers temps.

Video : Kyle Bobby Dunn – Spem in Alium & Her Unable

Le Montréalais Kyle Bobby Dunn s’apprête à sortir l’œuvre la plus importante de sa carrière sur Students of Decay : un triple LP nommé « Kyle Bobby Dunn & the Infinite Sadness ». Et cette vidéo tournée à Singapore,tout en slow motion, met en lumière la puissance de la musique du canadien.La sortie de l’album est prévue pour le 10 juin.

Maxwell August Croy and Sean McCann – I

Maxwell-August-Croy-and-Sean-McCann

Maxwell August Croy (membre du duo En) et Sean McCann collaborent pour la première fois pour nous livrer un album d’un grand lyrisme. On avait déjà entendu le jeu de koto de Maxwell August Croy sur le dernier LP d’ Alex Cobb. Mais ici son jeu pèse plus lourdement sur les compositions du touche à tout Sean McCann (il est crédité de l’ensemble des instruments utilisés sur son dernier LP : Music for Private Ensemble). Le stellaire Alexandria, est le sommet de l’album – titre sur lequel le koto s’ajoute aux impressionnants arrangements de cordes de McCann. « I » vient un peu plus défricher des territoires inexplorés de la musique contemporaine et laisse présager du meilleur dans la discographie respective de ces deux artistes californiens. Très qualitative, la direction artistique d’Alex Cobb montre une fois de plus son grande ouverture dans les musiques qu’il propose.

Video : Orcas – Infinite Stillness

Le duo composé de Benoît Pioulard et Rafael Anton Irisarri publie son 2ème album intitulé Yearling. Le groupe s’est adjoint les services de Martyn Heyne (d’Efterklang) et Michael Lerner (Telekinesis) pour étoffer encore un peu plus ses productions vaporeuses.Cette excellente video est réalisée par Sean C. Patrick. Le LP édité par Morr Music, se commande en exclusivité sur Anost.

Segue – The Here And Now

cover

Le canadien Jordan Sauer (Segue) avait sorti 4 albums l’an dernier dont l’excellent Pacifica sur Silent Season – aisément l’un des meilleurs de l’année.
Après un EP sorti en 2009 chez SEM au format digital, Segue revient en forme sur le label français avec ce disque ultra addictif. Peut-être légèrement moins rythmé que Pacifica, et plus ambient, ce nouvel opus révèle une fois de plus les talents musicaux de Segue, qui produit une musique défricheuse ne ressemblant à aucune autre.
Le CD est seulement édité à 150 exemplaires, et vous pouvez l’acheter ici.

Minibus Pimps – Cloud to Ground

Minibus_Pimps_Cloud_To_Ground_Sticker-cover1

Le projet Minibus Pimps ne parle pour l’instant à personne, mais les membres qui composent ce duo sont loin d’être des novices. ll s’agit du norvégien Helge Sten plus connu pour ses productions dark ambient sous l’alias Deathprod, et surtout pour appartenir au groupe mythique Supersilent et de l’anglais John Paul Jones qui n’est autre que le bassiste de Led Zeppelin !
La collaboration entre ces 2 artistes remonte à 2010 lorsque Sten a proposé à Jones de rejoindre Supersilent lors d’un festival.
Cet album très organique a été enregistré exclusivement lors de concerts du groupe. Entre éléments d’improvisations et compositions, ce disque monolithique doit ses sonorités puissantes et singulières à l’utilisation du logiciel de sound design Kyma computer system – très peu utilisé en live. Les différents instruments utilisés (guitare, basse, violon) sont transformés et ingérés dans ce système pour produire des drones glaciales et des atmosphères éthérées.

Ce très bon disque est sorti le 4 Mars sur le label norvégien Susanna Sonata