Secret Pyramid – The Silent March

secret-pyramid-silent-march

Movement of Nights, le permier LP de Secret Pyramid, projet du canadien Amir Abbey, faisait parti de mon top albums de l’an dernier. Et je partage le même engouement pour The Silent March, qui peut s’aborder comme un parfait compagnon de Movement of Nights. Initialement sorti en cassette sur le micro label Canadien Nice-Up International, the Silent March est un album dense et très cohérent. A mi-chemin entre drone ambient et musique psyché, les 7 pièces qui composent cet album sont toutes excellentes, et ne demandent qu’à être réécoutées. Le son de Secret Pyramid a été comparé à celui de Popol Vuh et en effet la beauté sombre de ses titres n’est souvent pas très loin du grand « Aguirre » du groupe allemand.
L’album bénéficie d’une double sortie, vous pouvez l’obtenir soit en LP, soit en double cd (accompagné de Movements of Night). Merci à Alex Cobb pour toutes ces sorties discographiques impeccables.

Gabriel Saloman – Movement Building Vol.1

Gabriel-Saloman movements building vol1

Après deux très beaux albums sortis sur Miasmah, Gabriel Saloman revient avec Movement Building Vol.1, un LP édité sur label de Bartolomé Sanson et Félicia Atkinson : Shelter Press . A l’origine composé pour un spectacle de danse de Daisy Karen Thompson, l’album se compose de deux longues formes de 17 minutes. Sur ces deux morceaux, Saloman continue à creuser ses compositions dark ambient, en faisant preuve d’une maitrise parfaite. J’ai une petite préférence pour le deuxième mouvement avec ses plaintes de guitares qui semblent s’étirer à l’infini. Shelter Press prévoit d’éditer un second LP, suivi d’un cd qui rassemblera les 2 volumes de l’artiste.

Mike Weis – Don’t Know, Just Walk

Mike-Weis-Dont-Know,-Just-Walk
Mike Weis, membre de nombreuses formations, dont les excellents Zelienople, sort un deuxième LP solo sur Type, label de John Twells. Cet album a été conçu pendant une période très difficile de Mike Weis : il a été diagnostiqué d’un cancer de la prostate fin 2012. C’est durant l’année 2013 marquée par un traitement lourd et douloureux, que l’artiste a adopté une pratique bouddhiste zen, qui l’a aussi bien libéré personnellement qu’artistiquement.
Le titre du disque Don’t Know Just Walk, est justement emprunté d’une méthode de méditation bouddhiste coréenne, qui vise à se détacher de tout dogmes et préjugés personnels pour avancer le plus simplement possible. Et à l’écoute du disque, on trouve inévitablement une grande liberté et originalité dans les instrumentations et rythmiques employées par Mike Weis – dont les percussions traditionnelles coréennes. A la fois emprunt de sonorités occidentales, et orientales, l’album est un ovni dans la musique expérimentale contemporaine.
Loin des projets Zelienople, Kwaidan, ou Good Stuff House, Mike Weis trace une carrière solo exceptionnelle et produit un des meilleurs albums de l’année 2014.
Et cette sortie, marque pour moi un vrai renouveau dans la direction artistique de Type, dont je m’étais détaché ces derniers temps.

Video : Kyle Bobby Dunn – Spem in Alium & Her Unable

Le Montréalais Kyle Bobby Dunn s’apprête à sortir l’œuvre la plus importante de sa carrière sur Students of Decay : un triple LP nommé « Kyle Bobby Dunn & the Infinite Sadness ». Et cette vidéo tournée à Singapore,tout en slow motion, met en lumière la puissance de la musique du canadien.La sortie de l’album est prévue pour le 10 juin.

Maxwell August Croy and Sean McCann – I

Maxwell-August-Croy-and-Sean-McCann

Maxwell August Croy (membre du duo En) et Sean McCann collaborent pour la première fois pour nous livrer un album d’un grand lyrisme. On avait déjà entendu le jeu de koto de Maxwell August Croy sur le dernier LP d’ Alex Cobb. Mais ici son jeu pèse plus lourdement sur les compositions du touche à tout Sean McCann (il est crédité de l’ensemble des instruments utilisés sur son dernier LP : Music for Private Ensemble). Le stellaire Alexandria, est le sommet de l’album – titre sur lequel le koto s’ajoute aux impressionnants arrangements de cordes de McCann. « I » vient un peu plus défricher des territoires inexplorés de la musique contemporaine et laisse présager du meilleur dans la discographie respective de ces deux artistes californiens. Très qualitative, la direction artistique d’Alex Cobb montre une fois de plus son grande ouverture dans les musiques qu’il propose.

Minibus Pimps – Cloud to Ground

Minibus_Pimps_Cloud_To_Ground_Sticker-cover1

Le projet Minibus Pimps ne parle pour l’instant à personne, mais les membres qui composent ce duo sont loin d’être des novices. ll s’agit du norvégien Helge Sten plus connu pour ses productions dark ambient sous l’alias Deathprod, et surtout pour appartenir au groupe mythique Supersilent et de l’anglais John Paul Jones qui n’est autre que le bassiste de Led Zeppelin !
La collaboration entre ces 2 artistes remonte à 2010 lorsque Sten a proposé à Jones de rejoindre Supersilent lors d’un festival.
Cet album très organique a été enregistré exclusivement lors de concerts du groupe. Entre éléments d’improvisations et compositions, ce disque monolithique doit ses sonorités puissantes et singulières à l’utilisation du logiciel de sound design Kyma computer system – très peu utilisé en live. Les différents instruments utilisés (guitare, basse, violon) sont transformés et ingérés dans ce système pour produire des drones glaciales et des atmosphères éthérées.

Ce très bon disque est sorti le 4 Mars sur le label norvégien Susanna Sonata

Video : Christina Vantzou – Going backwards to recover that which was left Behind

Une très belle vidéo en slow motion réalisée par Christina Vantzou pour accompagner ce morceau extrait de son album No.2 qui vient de sortir sur Kranky.