Mike Weis – Don’t Know, Just Walk

Mike-Weis-Dont-Know,-Just-Walk
Mike Weis, membre de nombreuses formations, dont les excellents Zelienople, sort un deuxième LP solo sur Type, label de John Twells. Cet album a été conçu pendant une période très difficile de Mike Weis : il a été diagnostiqué d’un cancer de la prostate fin 2012. C’est durant l’année 2013 marquée par un traitement lourd et douloureux, que l’artiste a adopté une pratique bouddhiste zen, qui l’a aussi bien libéré personnellement qu’artistiquement.
Le titre du disque Don’t Know Just Walk, est justement emprunté d’une méthode de méditation bouddhiste coréenne, qui vise à se détacher de tout dogmes et préjugés personnels pour avancer le plus simplement possible. Et à l’écoute du disque, on trouve inévitablement une grande liberté et originalité dans les instrumentations et rythmiques employées par Mike Weis – dont les percussions traditionnelles coréennes. A la fois emprunt de sonorités occidentales, et orientales, l’album est un ovni dans la musique expérimentale contemporaine.
Loin des projets Zelienople, Kwaidan, ou Good Stuff House, Mike Weis trace une carrière solo exceptionnelle et produit un des meilleurs albums de l’année 2014.
Et cette sortie, marque pour moi un vrai renouveau dans la direction artistique de Type, dont je m’étais détaché ces derniers temps.

Benjamin Finger – Listen to my nerves hum

BF sleeve scan frnt w-text small .jpg017

Le toujours pertinent label Time Released Sound vient nous délivrer le très beau nouvel album du musicien, photographe et réalisateur norvégien Benjamin Finger
Commençant sur les 2 premiers morceaux par des mouvements répétitifs et captivants de piano, l’album s’étoffe par la suite de field recorgings et samples vocaux. Les field recordings répondent aux motifs joués lentement au piano pour créer une atmosphère de quiétude. Le métier de réalisateur de Finger, se ressent ici dans les captations sonores qui viennent construire des schémas narratifs distincts sur les différents morceaux : du discours incompréhensible (et pourtant en Français) de « Das Paris des Second Empire Benjamin » aux éclats de feux d’artifices d' »Año Nuevo Acid Crackers ».
La version cd en édition spéciale et superbement packagée étant épuisée, Time Released Sound, ressort une édition vinyle à 300 exemplaires.
Le mastering est signé Lawrence English.

John Davis – Ask The Dust

John Davis Ask The Dust cover

Le musicien et vidéaste John Davis s’apprête à sortir un album dense et ambitieux sur le label toujours passionant – Students of Decay . Synthétiseurs analogiques, guitare acoustique, field recordings, et surtout piano sont superbement employés tout au long des 5 pistes d’Ask the Dust. Le morceau Synecdoche et ses motifs classieux de piano constitue la pièce centrale d’un album fascinant, qui n’a rien à envier au dernier effort de Tim Hecker.

Seaworthy + Taylor Deupree – Wood, Winter, Hollow

Seaworthy-TaylorDeupree-Wood-Winter-Hollow

Bien que Seaworthy (Cameron Webb) soit un habitué du label 12k, avec déjà 4 réalisations à son actif, il s’agit ici de sa première collaboration avec le boss du label, Taylor Deupree. Wood, Winter, Hollow a été produit l’hiver dernier sur une courte période durant laquelle les 2 artistes se sont retrouvés dans le studio de Deupree et ont enregistré des field recordings dans la réserve naturelle de Ward Pound Ridge située à proximité du studio. Accompagnées des sons captés dans ces forêts enneigées, les notes de guitare de Seaworthy composent l’élément central de l’album. Ces sonorités organiques à la fois complexes et spontanées sont proches de l’esthétique du label et constituent l’un des sommets de la discographie respective de ces 2 artistes majeurs.

Video : Jean-Sébastien Truchy – Le refus

Jean-Sébastien Truchy ex-membre du Fly Pan Am et responsable du label Los Discos Enfantasmes a sorti cette cassette sur Tranquility Tapes. L’artiste use de synthétiseurs modulaires et de field recordings pour produire des sonorités très aventureuses et passionnantes que je vous invite à découvrir sur ce clip.

Microflvrscnce – I.I

Microflvrscnce

Microflvrscnce est une collaboration entre les artistes Wolf Fluorescence et Micromelancolié. Le très dense morceau I.I commence par une très belle intro ambient, sur laquelle viennent ensuite s’ajouter des field recordings de chants tribaux/ou religieux? malmenés et des synthétiseurs vaporeux. Ce titre est extrait d’une cassette à paraitre sur Patient Sounds.